netoops blog
>>> Bienvenue ! Ansuf Yis-wen ! ⴰⵏⵙⵓⴼ ⵢⵉⵙ-ⵡⴻⵏ <<< Tamaziɣt, tella, ad-tili, ass-a, azekka... i-lebda ! <<< Deg webrid n Dda Lmulud, negzem (awi yufan ad tilim s-yidis-nneɣ) macci kan ad-neḥrez tutlayt d wedles n yimaziɣen s umata maca aten-nesnerni.
I kečč a Lwennas. Mara ṭṭlam yesseblaɛ tafat s uslifeẓ n ticurkeḍt d nḥeddeṛ s terẓeg i uleqqem imciṭen n tmagit tagimseggast, syin amyi yettuɣal d tilawt. Imcumen-agi tteḥqaren-aɣ yal taswiɛt. Nugi aneknu. Aleqqem yugi ad yaɣ segmi iɛuraf ṭerḍiqen s urured n tuddert yettwaxnaqen. Ur nesteɛfuy ara alama nedder d yiman-nneɣ d ḥebsen imerawen-nneɣ aneqleb deg iẓẓekwan-nsen. Tabawt tesfqaɛ-aɣ alama teglad s lmut. Tinififtin n ẓẓif-nneɣ ttwamerretent. Maɛtub Lwennas, tcennuḍ s ubeɛzeq ayen ḥulfan atmaten-ik s tsusmi. Immi nella d tiɣtas n yiwen unagraw anda awal tilleli yesɛa anamek : tilleli i wabɛaḍ ad melken wiyaḍ. Kečč d aselɣar i wul yettwarzen. D anza yeddren n lebɣi-nneɣ ad neqqim nbedd. Ccna yekkad seg ẓẓif-inek, taɣuct-ik i icuffen s zzɛaf d wurfan teseḥmay-aɣ iɣsan. ---------- Nettxayal Tawes Amruc d umeṭṭraḍ anumidi mi tzegger igenwan n tmurt-nneɣ. Syin akin ticraḍ n tyemmatin-nneɣ ttuɣalent d tidet tamagdezt. Ulac ayen nniḍen yessnen neɣ izemren aɣ-yenher. Lwennas, tesmektiḍ-aɣ-d s tumert belli ɣas uzlen idamen, aẓar yettwaxlaf. Ulac alugen n ugama yugaren wagi. Aḥaweṣ n tlelli-nneɣ sɣur imesḥaf-agi i-ɣ-iḥekmen yerra aɣref-nneɣ amzun ttaqeḍɛit n lmal yuḍnen anda wid iffazen ɛaṛqen, ussafen neɣ ttwarnan, wid menwala uɣen taggamaḍt n yitran yettcririqen. Rru a yul. Ccnu-yasen a Lwennas belli tugdut d aram amezwaru deg imawen-nneɣ, neṭṭḍitt seg yidmaren n tyemmatin-nneɣ. Ccnu-yasen fud-nneɣ n teɣdemt d weɣram. Ccnu, a Lwennas, ccnu ! Ɛni amedyaz yezmer ad yemet ?

dimanche 4 décembre 2016

Cours de langue kabyle _ Grammaire et versions - Belkacem BEN SEDIRA

Belkacem Ben Sedira (1845 – 1901) est un des tout premiers spécialistes algériens de berbère et d’arabe (dialectal et classique). Il est l’auteur d’un livre très important, de plus de 600 pages, consacré au kabyle : Cours de langue kabyle, Grammaire et versions, Alger, A. Jourdan, 1887. Si la composante linguistique est évidemment très datée (129 ans), son ouvrage reste une source de premier plan sur la tradition orale et la société kabyles de son époque. Il mériterait sans aucun doute une réédition actualisée.


BEN SEDIRA Belkacem (1845 – 1901)

   Belkacem Ben Sedira est un des tout premiers spécialistes algériens d’arabe (dialectal et classique) et de berbère. Il fait partie des premières élites algériennes formées à l’Ecole française. Après une formation d’instituteur, il enseigne à l’Ecole des Lettres d’Alger (qui deviendra la Faculté des Lettres) et à l’Ecole normale d’Alger.

   Les plus part de ses oeuvres – elles sont nombreuses : 9 ouvrages en tout – portent surtout sur la langue arabe (grammaire, dictionnaires, manuels de littérature), mais il est aussi l’auteur d’un livre très important, de plus de 600 pages, consacré au kabyle :

Cours de langue kabyle, Grammaire et versions, Alger, A. Jourdan, 1887 ; en voici le sommaire :
  • Une mission en Kabylie : p. I-LXXI
  • Eléments de grammaire kabyle : p. LXXIII-CCXI
  • Traditions et légendes kabyles : p. CCXIII-CCXLVIII
  • Cours de versions kabyles (contes et fables) : p. 1-294
  • Kanouns kabyles de la commune mixte d’Azeffoun : p. 295-355
  • Kanoun général de la commune mixte du Djurdjura : p. 345-355
  • Devinettes kabyles : p. 357-375
  • chansons kabyles : p. 377-387
  • poésies diverses : p. 389-417
   Sommaire qui montre à la fois la variété de ses centres d’intérêt : grammaire, littérature, droit coutumier ("kanoun") et une orientation fortement pédagogique puisqu’il s’agit d’un manuel servant de support à son enseignement de berbère à Alger.

   Si la composante linguistique est évidemment très datée, son ouvrage reste une source de premier plan sur la tradition orale et la société kabyles de son époque. Il mériterait sans aucun doute une réédition actualisée.

Extrait de la Notice « BEN SEDIRA Belkacem (1845 – 1901) » de S. CHAKER - Inalco-Centre de Recherche Berbère

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire