netoops blog
>>> Bienvenue ! Ansuf Yis-wen ! ⴰⵏⵙⵓⴼ ⵢⵉⵙ-ⵡⴻⵏ <<< Tamaziɣt, tella, ad tili, ass-a, azekka... i lebda ! <<< Deg webrid n Dda Lmulud, negzem (awi yufan ad tilim s yidis-nneɣ) macci kan ad neḥrez tutlayt d wedles n yimaziɣen s umata maca ad aten-nesnerni.
I kečč a Lwennas. Ma ara ṭṭlam yesseblaɛ tafat s uslifeẓ n ticurkeḍt d nḥeddeṛ s terẓeg i uleqqem imciṭen n tmagit tagimseggast, syin amyi yettuɣal d tilawt. Imcumen-agi tteḥqaren-aɣ yal taswiɛt. Nugi ad neknu. Aleqqem yugi ad yaɣ segmi iɛuraf ṭerḍiqen s urured n tuddert yettwaxnaqen. Ur nesteɛfuy ara alama nedder d yiman-nneɣ d ḥebsen imerawen-nneɣ aneqleb deg iẓẓekwan-nsen. Tabawt tesfqaɛ-aɣ alama teglad s lmut. Tinififtin n ẓẓif-nneɣ ttwamerretent. Maɛtub Lwennas, tcennuḍ s ubeɛzeq ayen ḥulfan atmaten-ik s tsusmi. Immi nella d tiɣtas n yiwen unagraw anda awal tilleli yesɛa anamek : tilleli i kra n yemdanen ad melken wiyaḍ. Kečč d aselɣar i wul yettwarzen. D anza yeddren n lebɣi-nneɣ ad neqqim nbedd. Ccna yekka-d seg ẓẓif-inek, taɣuct-ik i icuffen s zzɛaf d wurfan teseḥmay-aɣ iɣsan. ---------- Nettxayal Ṭawes Amruc d umeṭṭraḍ anumidi mi tzegger igenwan n tmurt-nneɣ. Syin akin ticraḍ n tyemmatin-nneɣ ttuɣalent d tidet tamagdezt. Ulac ayen nniḍen yessnen neɣ izemren aɣ-yenher. Lwennas, tesmektiḍ-aɣ-d s tumert belli ɣas uzlen idamen, aẓar yettwaxlaf. Ulac alugen n ugama yugaren wagi. Aḥaweṣ n tlelli-nneɣ sɣur imesḥaf-agi i ɣ-iḥekmen yerra aɣref-nneɣ amzun ttaqeḍɛit n lmal yuḍnen anda wid iffazen ɛaṛqen, ussafen neɣ ttwarnan, wid menwala uɣen taggamaḍt n yitran yettcririqen. Rru a yul. Ccnu-yasen a Lwennas belli tugdut d aram amezwaru deg yimawen-nneɣ, neṭṭeḍ-itt seg yidmaren n tyemmatin-nneɣ. Ccnu-yasen fud-nneɣ n teɣdemt d weɣram. Ccnu, a Lwennas, ccnu ! Ɛni amedyaz yezmer ad yemet ?

mardi 23 juin 2015

Matoub Lounes _ Un baume au cœur outragé !

Pour toi Lounes. Lorsque les ténèbres engloutissent la clarté avec la hargne et la boulimie de la bêtise, et que l'on assiste amer au greffage morbide de l'identité millénaire, alors le mythe devient réalité. Et ces démons nous agressent à chaque instant. Nous refusons de plier... 



...Le greffon ne veut pas prendre et les bourgeons éclosent plus bas avec la rapidité de la force de la vie qu'on étouffe. Nous n'aurons de paix que lorsque nous vivrons avec nous-mêmes et que nos ancêtres cesseront de se retourner dans leur tombe. La négation nous offusque à en mourir. Les tréfonds de notre âme en sont martyrisés. Matoub Lounes, tu chantes tout haut ce que tes frères ressentent tout bas. Victimes que nous sommes d'un système où le mot liberté veut dire : liberté des uns à disposer des autres. Tu es un baume au cœur outragé. Une preuve vivante de notre inénarrable attachement à rester debout. Le chant vient de ton âme et ta voix gonflée de rancœur et de colère nous réchauffe les os. Nous entrevoyons Taos Amrouche traverser les cieux de notre pays en compagnie d'un guerrier numide. Les tatouages de nos mères deviennent alors vérités absolues. Rien d'autre ne saurait ni ne pourrait nous guider. Lounes, tu nous as rappelés avec bonheur que même lorsque l'on perd son sang, l'atavisme se régénère. Y a-t-il loi de la nature plus belle ? La confiscation de notre liberté par ces gueux qui nous gouvernent a fait de notre peuple un troupeau malade où les meilleurs ont disparu, isolés ou vaincus, et les médiocres ont prit des allures d'astres scintillants. Pleure, ô vestales. Chante-leur, Lounes, que la démocratie a été le premier goût dans nos bouche, que nous l'avons tétée au sein de nos mères. Chante-leur notre soif de justice et de réparation. Chante, Matoub, chante ! Un poète peut-il mourir ?

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire